Limiter la condensation dans sa salle de bain

Une pièce sujette aux problèmes d’humidité

buée humidité

La salle de bain est sans conteste l’endroit le plus humide de la maison. La vapeur d’eau chaude provoquée par les bains et douches réguliers se heurte aux parois froides de la pièce, formant ainsi des gouttelettes de buée. Ce phénomène, appelé condensation, peut être à l’origine de nombreux désagréments : humidité excessive, moisissures, mauvaises odeurs, champignons, joints encrassés, infiltration d’eau... Ces complications peuvent, à long terme, dégrader vos équipements mais aussi votre état de santé (irritations, allergies, asthme, problèmes respiratoires...). Pour garder une pièce saine, nous vous informons dans cet article sur les causes et les solutions à ces problèmes.
 

Les causes

Comme pour tout problème, il est important de comprendre à quoi est due la condensation :

Le manque d’aération

Une salle de bain peu ventilée emprisonne l’humidité : la vapeur d’eau ne peut s’échapper de la pièce et la condensation y est donc plus importante. Si votre logement n’est pas équipé d’un système de ventilation, il est recommandé d’aérer la pièce quotidiennement après votre toilette en ouvrant la fenêtre pendant au moins 10 minutes. Ainsi, vous renouvelez intégralement l’air de la pièce et diminuez les risques pour votre santé et pour les matériaux qui composent votre salle de bain.

Le manque de chauffage

Si la pièce n’est pas assez chauffée, la différence de température entre la vapeur d’eau chaude et les murs, vitres et miroirs froids est d’autant plus importante qu’elle accentue le phénomène de condensation. C’est pourquoi le chauffage de la salle de bain est primordial et mérite toute votre attention. Si vous le pouvez, positionnez vos sèche-serviettes et radiateurs soufflants contre les murs de la pièce pour limiter la transformation de la vapeur d’eau en gouttelettes.

Des matériaux hydrophiles

Le choix des matériaux de la salle de bain a une influence sur le taux d’humidité de la pièce. Notez que l’hygrométrie idéale se situe entre 45 et 65%. Au-delà, votre salle de bain est trop humide. Ainsi, la brique, le bois, les étoffes ou encore la roche poreuse sont à éviter dans cette pièce car ces revêtements ont tendance à absorber l’humidité et peuvent provoquer des taches jaunes et des mauvaises odeurs assez rapidement.
 

Les solutions

Passons maintenant en revue les différents moyens que vous pouvez mettre en oeuvre pour limiter la condensation dans votre salle de bain :

La ventilation naturelle

Comme nous l’avons vu, l’aération quotidienne de la pièce est essentielle pour garder un environnement sain et évacuer les vapeurs d’eau. En plus d’adopter cette bonne habitude, vous pouvez également intégrer des aérateurs de châssis ou des grilles murales dans votre salle de bain, qui permettront à l’air frais de remplir la pièce. L’air chargé d’humidité, lui, sera rejeté par des conduits verticaux qui mènent vers la toiture. Ce système de ventilation est silencieux et ne consomme pas d’électricité. En effet, aucun mécanisme n’est actionné puisque le déplacement de l’air s’effectue grâce aux différences de température et de pression. L’air chaud est naturellement poussé vers le haut tandis que l’air frais reste dans la partie inférieure de la pièce. C’est ce que l’on appelle “l’effet cheminée”.

La ventilation mécanique contrôlée

Parce que la ventilation naturelle n’est pas toujours suffisante, il faudra parfois recourir à d’autres méthodes d’aération. Si vous ne possédez pas encore de VMC et que votre salle de bain présente un fort taux d’humidité, nous vous recommandons de contacter un plombier ou tout autre entrepreneur qualifié pour installer ce type de dispositif. Celui-ci permet de réguler la circulation de l’air et l’hygrométrie par deux moyens :

  • la VMC à simple flux, qui se contente d’évacuer l’air humide grâce à des ventilateurs qui tournent en permanence ;
  • la VMC à double flux, plus coûteuse, qui évacue l’air vicié et insuffle de l’air frais.

La ventilation mécanique ponctuelle

Comme son nom l’indique, le système permet d’aérer ponctuellement la pièce. Il est généralement couplé à l’interrupteur de la salle de bain pour que l’éclairage et la ventilation soient déclenchés simultanément. Le système d’extraction peut également être déclenché manuellement, par programmation, par détection de l’humidité ou encore grâce à un détecteur de présence. Pour savoir quel système choisir, tournez-vous vers une entreprise d’installation sanitaire. L’équipe saura vous conseiller en fonction de votre budget et de vos besoins.

Choisir les bons matériaux pour votre salle de bain

Lors de la construction ou la rénovation de votre salle d’eau, privilégiez les matériaux adaptés aux pièces humides, par exemple, les plaques de plâtre hydrofuges. La peinture acrylique, elle, permet de lutter contre le développement de champignons grâce à ses propriétés fongicides. Pensez également aux enduits à la chaux qui, en plus d’être esthétiques, régulent naturellement l’humidité. Il vous faudra dans tous les cas veiller à ce que les revêtements que vous choisirez pour habiller votre salle de bain aient fait l’objet d’un traitement hydrofuge avant d’être posés.

Prêter attention aux joints

Parce qu’ils constituent la zone la plus propice aux moisissures, les joints de votre salle de bain sont à surveiller de près. En effet, ce sont eux qui garantissent la bonne étanchéité de votre douche, lavabo ou baignoire. Veillez donc à ce qu’ils ne soient pas abîmés, décollés, effrités, jaunis ou encore noircis et refaites-les dès qu’ils présentent des signes d’usure. De manière générale, il est recommandé de les refaire tous les 3 à 5 ans, pour garantir une étanchéité optimale.

Des petits gestes au quotidien

En plus des solutions évoquées ci-dessus, vous pouvez aussi adopter certaines bonnes habitudes quotidiennes pour limiter le taux d’humidité dans votre pièce. Lisez nos quelques conseils ci-dessous :

  • Évitez le plus possible de faire sécher votre linge dans la salle de bain. Privilégiez plutôt un séchage en extérieur ou dans une autre pièce bien ventilée.
  • Optez pour un système de chauffage par les murs ou par le sol, qui s’avèrent très efficaces pour chauffer l’air ambiant et chasser l’humidité.
  • Si votre salle de bain ne possède pas de fenêtre, vous pouvez parfaitement créer des courants d’air dans votre logement grâce aux autres pièces, en ouvrant simplement les portes pour que l’air se renouvelle. Laissez si possible un jour sous la porte de votre salle d’eau pour que l’air y circule même lorsque celle-ci est fermée.
  • Pensez à entretenir vos systèmes de ventilation pour qu’ils restent efficaces en nettoyant régulièrement les entrées d’air avec un chiffon imprégné d’eau savonneuse. Par ailleurs, veillez à ne jamais obstruer les grilles et bouches d’aération.
  • Équipez-vous d’une raclette pour enlever les gouttelettes des parois de la cabine de douche après chaque passage.
  • Veillez à étendre le rideau de douche après votre toilette plutôt que de le laisser replié, pour faciliter son séchage, évacuer les gouttes restantes et ainsi éviter le développement de moisissures.

Enfin, il se peut aussi que votre salle de bain soit mal isolée. Dans ce cas, il faudra mettre un point d’honneur à renforcer l’isolation en faisant appel à un vitrier par exemple, qui pourra installer du double ou du triple vitrage sur vos fenêtres, ce qui empêchera les déperditions thermiques.

Informations supplémentaires

Votre salle de bain ne semble plus adaptée à cause d'une absence d'un système de ventilation ? Ou les revêtements muraux et de sol présentent peu de résistance face aux projections d'eau et à la condensation ? Il est alors temps d'entamer les travaux nécessaires : découvrez les étapes d'une rénovation de salle de bain.